Avec le soutien institutionnel de

Allergie et asthme

PUBLIÉ LE 24/06/2022

Tous mobilisés dans l’enquête allergologique systématique
du patient asthmatique

Rhinite et asthme sont des manifestations respiratoires très fréquemment liées à la présence d’une allergie. Selon les dernières recommandations pour la prise en charge et le suivi des patients asthmatiques de la Société de pneumologie de langue française (SPLF) et de la Société pédiatrique de pneumologie et d’allergologie (SP2A), l’enquête allergologique doit être réalisée de façon systématique, car l’exposition à un allergène est un facteur prédisposant et un facteur aggravant de la maladie asthmatique. La positivité de cette enquête allergologique permet de guider la prise en charge. Allergologues et médecins non-allergologues sont tous concernés par cet enjeu de santé publique.

La rhinite allergique concerne plus d’un quart de la population et fait le lit de la maladie asthmatique, avec un risque multiplié par six de développer un asthme (1, 2). Les allergies déclenchent des exacerbations d’asthme chez 60 % à 90 % des enfants et environ 50 % des adultes atteints d’asthme (3, 4). On estime que dans les vingt prochaines années, près de la moitié des Français seront allergiques (5). Face à cette épidémiologie galopante et dans ce contexte clinique, la SPLF et la SP2A recommandent qu’une enquête allergologique soit systématiquement réalisée chez un patient asthmatique (6).

Plan quinquennal de lutte contre les allergies

Une des difficultés pour répondre à cet enjeu est la diminution progressive et constante du nombre de médecins compétents en allergologie en exercice depuis une décennie, ce qui rend l’accès à une consultation spécialisée de plus en plus difficile et avec des délais plus longs (1). Dès lors, il est impératif que tous les médecins non-allergologues participent au diagnostic et au suivi de l’allergie. Cette feuille de route est rappelée dans le Plan quinquennal de lutte contre les allergies 2022-2027 : « Privilégier la consultation d’allergologues pour le traitement des allergies sévères et encourager une prise en charge des allergies plus simples » par la « mobilisation » de pneumologues, d’ORL, de pédiatres, de médecins généralistes… (7).

Les tests sérologiques : établir un lien entre allergènes et symptômes

Pour aider les médecins non-allergologues à poser le diagnostic d’allergie dans le cadre de symptômes respiratoires évocateurs, la Société française d’allergologie (SFA) leur propose deux démarches (8) :

  • Lors d’une histoire clinique complexe, la recherche en première intention d’IgE spécifiques d’un mélange de pneumallergènes et/ou de mélanges d’aliments choisis au cas par cas en fonction du contexte clinique permet d’évaluer rapidement une sensibilisation lorsqu’on suspecte une allergie. La négativité de ce test permet d’interrompre l’exploration de la suspicion d’allergie, la symptomatologie pouvant alors être attribuée à une autre étiologie. Si le test d’orientation diagnostique est positif, le patient est adressé à un allergologue qui réalisera l’enquête allergologique (anamnèse) et l’examen clinique, complétés par des tests cutanés à lecture immédiate (prick tests).  L’allergologue prescrira, si nécessaire, des dosages d’IgE spécifiques unitaires d’extraits allergéniques ou d’allergènes moléculaires. La SFA précise que « les tests d’identification multi-allergéniques sur un même support n’ont pas leur place dans une démarche diagnostique précise de l’allergie, car ils ont une moindre sensibilité que les dosages unitaires ».
  • Lors d’une histoire allergologique simple et évocatrice, la recherche d’IgE spécifiques unitaires à un allergène fortement suspecté est réalisée, une prise en charge thérapeutique est proposée au patient, notamment lorsque le délai de recours à l’allergologue est trop long.

Les allergènes fréquemment en cause chez les patients souffrant de symptômes respiratoires sont ceux produits par les acariens (d1), la phléole (g6), le chat (e1), le chien (e5), le cheval (e3), les moisissures (m6), le bouleau (t3), le genévrier (t6), le cyprès (t23), l’ambroisie (w1) et le frêne (t25) (9, 10).

Ainsi, l’identification précoce des allergènes (aériens et/ou alimentaires) responsables est essentielle ; elle permet de définir le phénotype allergique des manifestations respiratoires, de choisir le bon traitement et le plan d’éviction adapté à chaque patient, et également d’identifier les patients qui ont besoin d’être adressés à un allergologue.

Sophie Carrillo

Références

  1. Chabane H, Metz-Favre C, Klingebiel C et al. Recommandations pour la prescription et l’interprétation des examens biologiques utilisables dans le cadre du diagnostic ou du suivi des allergies, disponibles en France. Partie 2 : allergie respiratoire. Revue Française d’Allergologie. 2021;61(7):479-94
  2. Bourgoin-Heck M, Annesi-Maesano I. Épidémiologie de l’asthme – Augmentation de la prévalence en lien avec l’environnement ? La Revue du Praticien Médecine Générale. 2021;35(1056):192-4.
  3. Allen-Ramey F, Schoenwetter WF, Weiss TW, Westerman D, Majid N, Markson LE. Sensitization to common allergens in adults with asthma. J Am Board Fam Pract. 2005;18(5):434-9.
  4. Høst A, Halken S. The role of allergy in childhood asthma. Allergy. 2000;55(7):600-8.
  5. Bauchau V, Durham SR. Prevalence and rate of diagnosis of allergic rhinitis in Europe. Eur Respir J. 2004;24(5):758-64.
  6. Raherison-Semjen C, Guilleminault L, Billiart I et al. Mise à jour des recommandations (2021) pour la prise en charge et le suivi des patients asthmatiques adultes sous l’égide de la Société de pneumologie de langue française (SPLF) et de la Société pédiatrique de pneumologie et allergologie (SP2A). Version longue. Revue des Maladies Respiratoires. 2021;38(10):1048-83
  7. ALK. Pour un plan quinquennal de lutte contre les allergies – 2022-2027 [en ligne]. [Consulté le 08/06/2022]. Disponible à l’adresse : https://www.alk.fr/sites/www.alk.fr/files/ plan_quinquennal_de_lutte_contre_les_ allergies_vf.pdf
  8. Chabane H, Vitte J, Sarrat A et al. Recommandations pour la prescription et l’interprétation des examens biologiques utilisables dans le cadre du diagnostic ou du suivi des allergies, disponibles en France. Partie 1 : préambule. Revue Française d’Allergologie. 2021;61(7):459-78.
  9. Bousquet J, Khaltaev N, Cruz AA et al. Allergic rhinitis and its impact on asthma (ARIA) 2008 update. Allergy. 2008;63 Suppl 86:8-160.
  10. Bousquet J, Bachert C, Canonica GW et al. Unmet needs in severe chronic upper airway disease (SCUAD). J Allergy Clin Immunol. 2009;124(3):428-33.

Réalisé par l'Agence Profession Santé